Accueil

A visage découvert 

Comité romand en faveur de l’interdiction de se dissimuler le visage

Notre civilisation a porté à un haut degré les droits et la liberté individuels. Cela suppose que chacun puisse identifier son interlocuteur, et aussi que chacun accepte d’être reconnu dans ses diverses activités. Une initiative populaire fédérale est soumise au peuple le 7 mars 2021. Elle demande que soit inscrite dans la Constitution une interdiction de se dissimuler le visage :

Texte de l’initiative

Cette initiative émane de milieux proches de lUDC. On peut s’interroger sur le bien-fondé de cette initiative. Mais le fait qu’elle soit soumise au peuple oblige chacun à prendre position : dire NON constitue un encouragement à la dissimulation.

Le comité « A visage découvert », sans lien avec lUDC, rassemble des personnalités qui considèrent que cette interdiction doit être soutenue. Il sagit à la fois dun principe de relation sociale, dune question de sécurité, dun refus de pratiques religieuses qui discriminent les femmes et dune solidarité avec celles qui, dans certains pays, mettent leur vie en danger lorsquelles refusent de porter un niqab ou une burqa.

Quant au masque sanitaire, qui n’a pas pour objectif de se dissimuler le visage, il constitue une exception prévue par l’initiative.

Rejoignez-nous à visage découvert

Nous vous invitons à soutenir notre action en adhérant à notre comité.
Jacques-André Haury
Ancien député libéral puis vert’libéral
Il n’y a pas un Islam, mais plusieurs. En treize siècles, divers courants musulmans se sont développés, fondés sur des lectures différentes du Coran, ou sur la préférence pour certaines Sourates au détriment d’autres.
Mohamed Hamdaoui
Conseiller de ville et député PDC au Grand Conseil bernois
Il y a quelques années, quand j’avais annoncé à des amies nord-africaines que les Suissesses et les Suisses allaient sans doute pouvoir se prononcer sur une éventuelle interdiction du voile intégral, elles m’avaient toutes, sans exception, envié de vivre dans un pays qui s’apprêtera sans doute à démocratiquement bannir une telle prison ambulante.
Marlyse Dormond Béguelin
Ancienne conseillère nationale
Si la burqua (qui cache le visage sous une sorte de treillis) est peu fréquente chez nous, le niquab lui (qui ne laisse qu’une petite ouverture pour les yeux) est de plus en plus fréquent et pas seulement dans les régions touristiques.
Jean-Marie Bornet
Ancien chef communication & prévention, Police cantonale valaisanne
Si seulement le respect des uns et des autres pouvait être naturel, inné. Malheureusement c’est utopique. Il est donc nécessaire, en démocratie, de fixer un cadre légal définissant les grands principes, les droits et les devoirs pour parvenir à un vivre ensemble harmonieux.
Isabelle Chevalley
Conseillère nationale vert’libérale
Lorsque l’on échange avec une personne, il y a le langage verbal et le langage non verbal. Les politiciens le savent bien, le langage non verbal est celui qui va le plus toucher les gens qui l’écoutent que ce soit à la télévision ou lors d’un discours.
Jean Romain
Philosophe et écrivain, Député PLR au Grand Conseil de Genève
L'autre est visage qui m'interpelle, c'est-à-dire qu'il m’invite à lui répondre : il attend de moi une parole. Comment rester muet devant un visage qui nous fait face ?
Raoul Jaeggi
Raoul Jaeggi ancien député PDC, actuellement député indépendant au Parlement jurassien.
Le système suisse de la démocratie directe a apporté beaucoup en matière de défenses des droits des habitants de notre pays, qu’ils soient citoyens ou étrangers.

Consultez notre page Facebook :